Avenir de l’Alsace : Ponce-Pilate-Rottner fait l’autruche et s’en lave les mains !

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué du groupe Rassemblement National Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

Le 12 septembre dernier, face à la presse régionale et dans le contexte de la venue de la sous-ministre Jacqueline Gourault en Alsace, le président du Grand Est Jean Rottner avouait publiquement que la question de l’avenir de l’Alsace n’était « pas (sa) priorité quotidienne ». Une bien curieuse sortie, qui traduit le désintérêt du président du Grand Est dans la résolution du malaise alsacien, particulièrement au moment où un élu respectable et expérimenté tel que Georges Schuler quitte la majorité régionale LR pour siéger en tant qu’élu alsacien. Son départ discrédite gravement l’action de Jean Rottner à la tête du Grand Est.

Pourtant l’imbroglio institutionnel autour de l’organisation territoriale alsacienne constitue bien l’un des sujets les plus brûlants du mandat de Jean Rottner. Amorcé sous Philippe Richert, le mécontentement alsacien s’est affermi tout au long de l’année dernière, et les consultations menées par le préfet Marx n’ont débouché que sur un report de la question, avec un changement d’interlocuteur puisque c’est désormais la sous-ministre Gourault qui poursuit la mission du préfet pour le gouvernement.

Alors, peut-on compter sur Jean Rottner pour sortir l’Alsace de la crise profonde qu’elle traverse ? Il semble que ce soit tout l’inverse : plus l’Alsace sera faible et divisée, plus le président du Grand Est sera rassuré. En effet, le « gouverneur » Rottner n’est-il pas le premier à défendre le cadre de la loi NOTRe, qui sanctuarise les compétences de sa grande région et interdit l’émergence d’une collectivité territoriale à statut particulier en Alsace ? Sa défense de la solution d’une « fusion des départements » à l’intérieur du Grand Est et sa volonté de ne pas transférer de compétences régionales à la future collectivité alsacienne traduisent bien l’attitude d’un homme prêt à tout pour conserver son pouvoir, au risque de déséquilibrer son territoire d’origine.

Ainsi Jean Rottner laisse les Alsaciens se déchirer, quitte à assombrir l’avenir de l’Alsace. Pourtant il était l’un de ceux qui pouvaient débloquer la situation, en pensant moins à son pouvoir personnel qu’au bien commun de nos administrés. Mais il aurait fallu du courage et de la lucidité pour reconnaitre que les grandes régions ont été des erreurs et qu’il faut abroger la loi NOTRe, il aurait fallu de l’abnégation et un sens politique certain pour transférer un maximum de compétences partagées aux départements d’Alsace, au premier rang desquelles le tourisme, la culture et le sport. Mais toutes ces qualités manquent manifestement au président de la super-région : tant qu’il conservera son siège doré l’avenir de l’Alsace restera bancal.

Pour une politique réellement humanitaire, soyons réfractaires à l’arrivée des migrants de l’Aquarius dans nos régions !

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué de presse de Virginie Joron, Présidente du groupe RN au Conseil régional du Grand Est et de Julien Odoul, Président du groupe RN au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté.

Tel un mauvais feuilleton interminable, les péripéties du navire « humanitaire » Aquarius ont animé la période estivale et indigné légitimement une majorité de Français qui ne souhaitait pas le voir accoster dans un port national. Le dernier épisode vient de confirmer la soumission totale du gouvernement Macron au chantage des ONG immigrationnistes qui collaborent en conscience à une nouvelle forme d’esclavage en effectuant la navette en Méditerranée au profit des trafiquants d’êtres humains.

En effet, ce jeudi 30 août, 59 migrants de l’Aquarius et d’un autre bateau sont arrivés en France depuis Malte par un vol charter spécialement affrété par le gouvernement français. Ils seront prochainement installés dans des centres d’accueil en Région Bourgogne Franche-Comté et en Région Grand Est.

Affaibli par l’alliance Salvini-Orban et la constitution d’une alternative européenne garante du droit des peuples à rester eux-mêmes, perturbé par la montée des oppositions populaires à l’immigration sauvage, Emmanuel Macron fait le choix de doper le processus de peuplement et de sponsoriser la submersion migratoire. Ainsi, selon les vœux du meilleur élève de Bruxelles, la France prendra toute sa part à l’accueil des centaines de milliers de clandestins qui débarqueront dans les ports du sud de l’Europe. Les Gaulois réfractaires, eux, devront faire de la place et subiront encore les conséquences dramatiques et inhérentes du « vivre-ensemble » : dégradations, agressions, vols, viols, meurtres. Ils seront également les tristes spectateurs du détournement de la solidarité nationale qui privilégie l’étranger à nos 9 millions de pauvres.

Fidèle à la stratégie de la dissémination théorisée en 2015 par Manuel Valls, Jean-Pierre Raffarin, Yves Jégo et d’autres, l’Etat macroniste choisit de répartir les migrants dans les territoires ruraux de Bourgogne Franche-Comté et du Grand Est.

Virginie Joron et Julien Odoul condamnent avec force cette politique de répartition inique et irresponsable qui vient mettre en danger les habitants, bouleverser leur cadre de vie et accroître les difficultés de populations déjà frappées par le chômage de masse, la précarité et les fractures territoriales multiples. Ils rappellent en outre que leurs régions accueillent déjà des milliers de migrants avec à la clef une multiplication de tristes faits divers dans la presse quotidienne régionale.

En Bourgogne Franche-Comté et dans le Grand Est, comme partout en France, la seule politique réellement humanitaire doit être la protection des nôtres par la lutte contre cette invasion migratoire.

Rachat de Manurhin par un groupe émirati : un désastre économique et politique pour notre région !

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué du groupe RN Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

La chambre commerciale du tribunal de grande instance de Mulhouse a accordé ce mercredi 1er Août à l’Emirates Defence Industries Company la reprise de Manurhin, entreprise basée à Mulhouse depuis 1919.

Le groupe des Emirats Arabes Unis a choisi de maintenir 104 des 145 emplois que compte l’entreprise alsacienne.

Alors même que la fragilité financière de cette entreprise était connue de tous, ces 41 suppressions d’emplois représentent un désastre social mais aussi un échec politique, y compris à l’échelon régional.

En effet, bien que ce soit à l’Etat d’intervenir dans ce type de situation, Jean Rottner préfère, via la compétence « développement économique » du Conseil Régional, aider les grandes entreprises rentables et en croissance pérenne plutôt que se préoccuper de celles en difficultés et dans l’impossibilité d’accéder au crédit bancaire.

Virginie Joron avait alerté sur le dossier « Manurhin » lors de la Commission Permanente du 13 juillet 2018 où elle avait pointé du doigt les incohérences de la politique régionale de la Majorité en matière de développement économique.

Cette situation démontre une fois de plus l’échec des politiques publiques menées depuis des années en France et l’absolue nécessité de restaurer un Etat stratège capable de protéger notre industrie afin d’éviter le rachat de nos entreprises stratégiques par des groupes financiers étrangers dont la situation sociale des salariés français n’est pas la première des préoccupations.

Intervention de Virginie Joron en Commission Permanente : https://youtu.be/j5kitPBzwtA

Télécharger ce communiqué en PDF : http://rn-grandest.fr/wp-content/uploads/2018/08/Communiqué-Manurhin.pdf