Le groupe FN dénonce la volonté de construire un Palais Régional pour l’Hyper exécutif

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué du groupe FN Bleu Marine Grand Est.

Cela fait près de trois ans qu’à la suite de la loi NOTRe, l’organisation territoriale de notre pays a été bouleversée, voire fracturée et notamment en Alsace.

La fusion des régions, présentée comme démocratique, économique, et permettant une gestion plus efficace des territoires, a provoqué tout l’inverse. Explosion des coûts de fonctionnement, déplacements de fonctionnaires, doublons, la méga-région concentre et centralise désormais l’essentiel des compétences locales au sein d’un Hyper-exécutif régional toujours prêt à se renforcer au détriment, notamment, de nos départements.

C’est dans ce contexte qu’il a semblé justifié à la Majorité Régionale de procéder à des travaux d’agrandissement, d’embellissement et de modernisation d’un des trois sièges de la grande région, celui de Strasbourg.

La Majorité régionale nous demande aujourd’hui d’approuver une autorisation de programme d’un montant de plus de 3 millions d’euros pour une opération dont le budget global est évalué à 20 millions d’euros ! C’est plus que le budget annuel dédié à l’agriculture ! Pourtant un domaine présenté comme prioritaire !

En somme, il manquait à cet HYPER-exécutif un Palais Régional à la mesure de leur folie des grandeurs !

Bien sûr, nous nous opposons à ce projet pharaonique, mais plus encore nous nous opposons à la méthode employée par l’Hyper-exécutif d’imposer en douce son ambition gargantuesque à quelques jours de la commission permanente, et qui plus est, dans le domaine « hors commission ». Cette manière de procéder est proprement scandaleuse et témoigne d’une dérive manœuvrière inquiétante de la part de cet HYPER-exécutif.

Jusqu’où nous mènera cette folie des grandeurs ? Comment garantir que cette dérive financière ne se répète pas sur les sites de Chalons et de Metz ? Doit-on s’attendre à des fermetures de sites ou au contraire à des coûts supplémentaires ? Assurément ni cette gestion ni ces méthodes ne sont rassurantes.

 

Intervention de Virginie Joron :