Multiplication des agressions sexuelles par des demandeurs d’asile : Strasbourg nouvelle Cologne ?

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué de Virginie Joron, conseillère régionale, présidente du groupe FN Bleu Marine Grand Est.

Jamais nous ne nous habituerons à vivre sous la menace d’une immigration massive et incontrôlée, qui charrie avec elle une multiplication des violences et des abjections à l’encontre de nos compatriotes. Encore ce matin nous découvrons l’agression violente vécue par cette jeune femme qui voulait simplement rentrer chez elle par un Syrien de 33 ans. Cette troisième agression en moins d’un mois à Strasbourg en est une des illustrations les plus immédiates et les plus suffocantes.

La multiplication de ces drames liés à la criminalité des migrants est un phénomène que nos dirigeants locaux et nationaux persistent à nier, dans une attitude que l’on pourrait presque qualifier comme complice tant elle paraît irresponsable.

Oui, tous les dirigeants qui savent les périls auxquels ils exposent leurs populations en permettant l’arrivée massive de migrants à l’échelle nationale comme à l’échelle locale, sont complices d’un grave danger. Une étude du Ministère de la Famille allemand révélait début 2018 que la criminalité avait augmenté avec le nombre de migrants dans le pays, surtout depuis l’accueil massif de 2015. Ce constat alarmant n’était pas celui de militants ou d’idéologues, mais d’institutions renommées et crédibles : l’Institut de prévention de la criminalité de Zurich et l’Institut de recherche en criminologie de Basse-Saxe.

Les conclusions de ce rapport soulignent à quel point cette agression n’est pas un acte isolé mais le produit d’environnements sociaux rendus criminogènes par une politique migratoire incontrôlée. Mais ce travail de haut niveau, important pour comprendre les conditions dans lesquelles vivent les nôtres dans une Union Européennes sans frontières où même les migrants circulent librement, n’inquiète pas même pas les présidents d’agglomérations ou des régions qui sont frontalières de l’Allemagne. Dans leur silence, c’est non seulement le président de la République et son gouvernement, mais l’ensemble des dirigeants publics qui ne prennent pas position pour dénoncer les crimes de la politique migratoire française et européenne, qui sont à tenir pour responsables de la situation présente.

Chacun doit prendre ses responsabilités face aux défis politiques du temps présent. Certains choisissent de nier les menaces, de s’y habituer. Au Front National nous faisons partie de ceux qui ne veulent pas s’y soustraire et qui s’organisent pour les surmonter. Nous devons résister à ce nouveau danger en refusant l’accueil de migrants dans toute la Région Grand Est, et de faire financer par la Région une étude portant sur le lien entre politique migratoire et la criminalité dans nos trois régions.

 

Sources :

https://www.dna.fr/edition-de-strasbourg/2018/05/06/sauvagement-agressee-sur-une-piste-cyclable

https://www.20minutes.fr/strasbourg/2263939-20180430-strasbourg-parce-tatouages-plaisent-agresse-sexuellement

http://www.cnews.fr/france/2018-04-22/une-jeune-femme-etranglee-et-agressee-sexuellement-779425