Droit Local et religion à l’école : le groupe FN du Grand Est soutient la position de l’évêque de Metz

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué du groupe FN Bleu Marine Grand Est.

L’enseignement religieux dans les établissements scolaires publics en Alsace-Moselle sera-t-il remplacé par des cours d’éducation au dialogue interreligieux et interculturel (EDII) ?

Pour peu que le rectorat donne son feu vert, douze établissements seraient déjà prêts à expérimenter cette nouvelle approche dès la prochaine rentrée : ils plaident pour que les cours de religions soient remplacés par une « approche comparée », et leur comité de pilotage est ouvert aux cultes non statutaires, comme l’islam ou le bouddhisme. Pardonnons-leur, car sous couvert d’une meilleure gestion de l’« égalité » entre les cultes, ces établissements ne savent pas ce qu’ils font.

Il n’aura échappé à personne que l’Islam, ainsi que le Bouddhisme, sont des cultes qui ont été introduits récemment en Alsace-Moselle, c’est pourquoi ils sont exclus du droit local qui prévaut en l’espèce. Rappelons les règles : dans sa décision du 21 février 2013, le Conseil constitutionnel a jugé que le droit local en vigueur en Alsace-Moselle était conforme à la Constitution ; il a considéré que le caractère laïc de la République ne remettait pas pour autant en cause des dispositions applicables dans certaines parties du territoire français lors de l’entrée en vigueur de la Constitution.

Ce que l’Histoire et le droit ont bâti chez nous, un caprice ne doit pas le détruire. Notre groupe comprend l’opposition de Monseigneur Lagleize, évêque de Metz, à ce projet qui dévalorise l’enseignement religieux local, et salue les justes mises en garde du sénateur mosellan Jean-Louis Masson, sur un sujet que les médias traitent souvent par la caricature, sans subtilité ni mémoire de nos traditions.