Intervention de Baptiste Pierre sur les conditions de travail des ATTEE

Classé dans : Séance plénière, Vidéo | 0

Intervention de Baptiste Pierre sur les conditions de travail des ATTEE lors de la Séance Plénière du 29 mars 2018.

Monsieur le président, chers collègues,

Votre politique de rénovation de nos établissements est positive et nous vous encourageons à la poursuite de votre démarche de consultation afin de cibler les besoins et d’y répondre.

Toutefois, il nous semble important de mieux entretenir les bâtiments tout au long de l’année, car il est inquiétant de constater que 14% des bâtiments sont déjà dans votre grille qualifiés de lourdement endommagés et 48% des bâtiments dans un état de délabrement avancé.

Cela représente tout de même 62% des bâtiments. Un suivi et un meilleur entretien nous auraient sans doute permis de ne pas en arriver là. Nous vous invitons à mieux suivre l’évolution de l’état des bâtiments afin de limiter les frais de réparation, car comme chacun le sait, plus nous attendons, plus les situations de délabrement s’aggravent et plus cela coûte cher à notre collectivité.

 

Comme vous le savez, notre région compte 5400 agents ATTEE sur les 7400 agents, cela représente plus de la moitié de nos emplois. Il est tout de même grave de ne pas avoir mieux veillé à ce que ces agents puissent travailler dans des conditions décentes.

 

Il est toujours intéressant de constater que les secteurs où les agents ATTEE ont le plus travaillé dans des locaux endommagés étaient ceux gérés par une majorité socialiste, ces derniers ne parlent que d’enseignement à longueur de journée mais ne se préoccupent pas des locaux et conditions dans lesquels travaillent les adjoints techniques.

 

Il est vrai que ce ne sont pas des enseignants… Quel mépris !

De plus, nous vous alertons sur le nombre important de fermetures d’établissements dans la ruralité. Ils permettent d’irriguer nos territoires. A l’heure où vous tracez de grands travaux d’aménagement afin de diminuer le flux de véhicules dans les grandes villes, il semble opportun de ne pas vider la ruralité de ces équipements. Cette dernière ne doit pas devenir une zone dortoir qui générerait évidemment de lourds déplacements vers les grandes villes et contribuerait à son engorgement.

La politique, c’est l’art de prévoir, nous prévoyons que ces fermetures engendreront plus de coûts que leur maintien car vous semblez oublier tous les coûts indirects liés à une fermeture et à un éloignement des services. Ce gouvernement ne s’intéresse guère à la ruralité et mise tout sur les métropoles, à nous d’œuvrer pour la ruralité et de limiter la casse.

Lors de la dernière commission permanente, votre majorité a voté la fermeture un établissement à Verny destiné aux handicapés et aux étudiants nécessitant une attention particulière. Ces derniers perdront donc désormais une qualité d’enseignement en étant affectés dans un établissement éloigné sans remplir les conditions d’un accueil digne pour ces enfants.

Comme vous le savez, investir dans l’enseignement c’est parier sur l’avenir et permettre à ces jeunes de trouver un débouché. Les secteurs du bâtiment sont aujourd’hui en attente d’une main d’œuvre qualifiée, il nous revient d’être ambitieux et de combler ces attentes du secteur privé afin de relancer notre économie.

Enfin, notre groupe étant exclu des conseils d’administration des lycées par vos choix politiques partisans, nous vous invitons à revoir ce mode d’attribution dans les organismes extérieurs. Il est déplorable, non seulement pour la démocratie, mais également pour le bon fonctionnement de notre assemblée que des groupes d’élus soient considérés comme des élus de seconde zone. Libérez la droite de ce politiquement correct de bas étages dont vous faite preuve depuis tant d’années ! Des décennies prise en otage idéologique par la gauche et électoraliste par le centre mou. Je finirai par une citation de Charles Pasqua, grande figure de votre famille politique : « Le rassemblement de la droite et du centre, c’est toujours la même histoire ! La droite, elle, ramène les électeurs et le centre ramène les élus ».

Je vous remercie.