Parité : l’amende qui fait causer

Classé dans : Actualité, Revue de presse | 0

La région Grand Est a écopé de 60 000 €d'amende pour 2016 pour non-respect des règles de parité pour ses hauts fonctionnaires. Effet de la fusion des trois ex-régions, corrigé depuis, s'est défendu l'exécutif régional.

La région Grand est, en 20169 a été sanctionnée au titre de la loi Sauvadet. Celle-ci, depuis 2013, impose un taux minimum de personne de chaque sexe parmi les personnes nommées pour la première fois aux principaux emplois de l'encadrement supérieur et dirigeant de l'État, des collectivités territoriales et de la fonction publique hospitalière.
En 2016 ce taux était de 30%, or la région avait cinq emplois concernés, tous tenus par des hommes, qu'elle a confirmés dans leur poste après la fusion.

Dans les clous

D'où une amende de 60 000€ repérée dans le rapport annuel du ministère des Comptes et de l'action publique par France Bleu Alsace.

Et hier matin une interpellation de Joëlle Barat (PS, Ardennes) : « La région doit être exemplaire dans ce domaine ! »
« On est désormais dans le cadre de la loi », a expliqué la vice-présidente Valérie Debord (LR, Meurthe & Moselle). Après la fusion, héritant de cinq hommes dans les fonctions concernées, Philippe Richert n'avait pas voulu les bousculer. Il les a donc confirmés. Depuis, deux d'entre eux sont partis, et une femme a été recrutée : la région est donc dans les clous.
Par ailleurs, a ajouté Valérie Debord, sur ses 6236 agents titulaires, la région compte 3878 femmes (62%), et 49% de femmes parmi ses 175 personnels de direction, a nommé un délégué à l'Égalité, créé un comité de pilotage Adhoc, des « référents Égalité » dans toutes les directions, etc. elle prépare son rapport sur l'égalité hommes-femmes pour mars et un plan d'action en faveur de l'égalité hommes-femmes qui sera présenté en octobre.

Pas trop tôt, a ironisé Virginie Joron (FN, Haut-Rhin), qui avait déjà levé le lièvre de ce rapport obligatoire mais jusqu'ici négligé.
Le président (LR) Jean Rottner a assuré que « le débat social dans la maison (Grand Est) », et son aspect paritaire, était à ses yeux essentiel.

Les dernières Nouvelles d'Alsace, le 27 janvier 2018.