Question écrite : Incidents répétés sur le réseau ferroviaire TER des Ardennes

Question écrite.

Monsieur le Président,

Depuis septembre, les suppressions et retards de trains sont allés crescendo et c'est la semaine dernière que l'on en a enregistré le plus grand nombre, allant jusqu'à 28 suppressions par jour (700 depuis septembre) sur toutes les lignes TER du département.

La ligne Charleville Mézières - Givet avec ses 600 000 usagers annuels est la plus fréquentée des Ardennes. Elle est lourdement impactée par ces incidents. La cause est le manque de personnel de conduite (60 conducteurs pour le département des Ardennes) qui suivent une formation en vue de l'arrivée prochaine des rames bi-mode (programmée pour les prochains jours) et l'EAS (équipement agent seul).
Cette formation aurait dû être mieux appréhendée et anticipée par le service RH de la Direction SNCF et étalée sur plusieurs mois, d'autant que la ligne Charleville Mézières - Givet était fermée à la circulation pendant les mois de juillet et août 2017 pour rénovation.

Un collectif d'agents et d'usagers s'est d'ailleurs créé dernièrement pour dénoncer par voie de presse un certain nombre de problèmes découlant de ces incidents : incivilités, retards et journées d'absence dans les établissements scolaires, contrat en COD non renouvelé, certains ratent des entretiens d'embauche etc.

Les usagers ont un autre motif de colère : les trains en partance de Givet pour Charleville Mézières le matin à 6h39 et 7h17 laissent des voyageurs à quai faute de places. La situation est encore plus compliquée le lundi matin à cause des rames non adaptées au surcroît de fréquentation dû au nombre importants de scolaires qui rentrent en internat.

Je trouve déplorable ces dégradations du service public d'autant que la Région met tout en œuvre pour regagner la confiance des usagers.

Quelles mesures envisagez-vous de prendre pour que la SNCF tienne ses engagements vis à vis de la Région et assure un retour à un trafic normal ?

Maryse DESPAS, conseiller régional,
pour le groupe « Front National - Bleu Marine ».