Voeu : Pour une politique du Handicap plus inclusive en Région Grand Est

En France, 12 millions de personnes sur 65 millions sont touchées par un handicap. Parmi eux, beaucoup ont un handicap invisible (80%), 1,5 million sont atteints d’une déficience visuelle et 850000 ont une mobilité réduite. Près de 300000 enfants en situation de handicap sont aujourd’hui scolarisés en France. 2,5 Millions de personnes bénéficient d’une reconnaissance administrative de leur handicap et sont bénéficiaires de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés. Plus d’un million de personne bénéficient de l’Allocation Adulte Handicapés. Enfin, rien ne serait possible sans les 8,3 millions (estimés) de proches aidants.

La loi de 2005 sur le handicap a permis des avancées importantes en terme de droit à la compensation, de scolarisation, d’emploi, d’accessibilité ou la création des MDPH. Devant l’impossibilité de respecter les délais et les coûts, la loi a fixé de nouveaux délais allant de 3 ans à 9 ans selon les établissements ou les transports ferroviaires. En Alsace, en Champagne-Ardenne et en Lorraine, des travaux ont été réalisés dans les différentes collectivités locales et au niveau régional mais beaucoup reste encore à faire.

Si les Régions n’ont pas de compétences spécifiques en matière de handicap, ces domaines d’actions ne doivent pas pour autant manquer de volontarisme en la matière. Dans les politiques de formations, d’apprentissage, d’accès à la culture, aux sports ou au tourisme, dans nos déplacements notamment en bus ou ferroviaires, dans notre accès à la démocratie ou encore dans nos innovations, les questions du handicap sont omniprésentes.

Plus que proposer de simples agendas d’accessibilité, la question du handicap est complexe et nécessite une réflexion approfondie. La diversité des handicaps (déficience motrice, sensorielle, organique, intellectuelle ou mentale, en fauteuil roulant ou polyhandicapés) doit nous mobiliser autour de ce sujet trop souvent oublié des politiques publiques.

Notre Région doit réfléchir et développer des politiques inclusives dans tous ces domaines d’actions. Par exemple, en rendant les gares et les lycées accessibles, en mobilisant pour la formation et l’accès à l’emploi au sein des entreprises régionales mais aussi de la collectivité ; en incitant les lieux de culture et touristiques à l’accueil de personnes en situation de handicap, en facilitant l’usage de la langue des signes et du braille ; en passant commandes auprès de nos ESAT et en soutenant nos PME innovantes dans le domaine du handicap mais surtout en veillant à changer le regard de la société sur le handicap.

A l’image de ce qui a été fait dans d’autres Régions comme l’Ile de France, il serait souhaitable dans un premier temps de créer un comité consultatif du handicap associant tous les acteurs concernés par cette question.

Ainsi, nous souhaitons que le Conseil Régional Grand Est, réfléchisse à la création d’un comité consultatif du handicap, qui aura un rôle consultatif et pourra être force de proposition sur l’ensemble des domaines d’interventions de la Région concernant le handicap et élaborer par la suite un plan régional pour l’inclusion.